Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Schémas sectoriels > Schéma Régional de Prévention > Volet Prévention Promotion de la Santé et Santé Environnementale (PPS) > Plan d'action Femmes enceintes, parents et petite enfance > Contexte > 1 - la situation en PACA > 1-4 Caractéristiques sanitaires

Région

1-4 Caractéristiques sanitaires

1-4-1 Troubles des apprentissages

A partir des bilans de santé effectués par les médecins des PMI à l’école maternelle au moyen de l’outil standardisé EVALMATER, il est possible de disposer des données de prévalence suivantes :

Région PACA

Troubles du langage

Troubles psychomoteurs

A revoir

A orienter

A revoir

A orienter

3 ans 6 mois à moins de 4 ans

31,2%

6,9%

12,5%

1,4%

4 ans à 4 ans 6 mois

23,5%

7,7%

9,1%

1,7%

Source ORS PACA 2003 – étude menée auprès de 3 000 enfants

Un suivi de 180 enfants issus de cette enquête a montré que le taux d’enfants effectivement suivis était élevé (86%). Par contre, parmi les enfants orientés, le taux de prise en charge était de 40%.

En France, trois études (il s’agit de cohortes d’enfants suivis de la grande section de maternelle jusqu’au CE1), sur la base de critères et d’épreuves différents, indiquent une prévalence de troubles d’acquisition de la lecture (il est difficile de dire dans ces études qu’il s’agit de dyslexie au sens strict) comprise entre 6% et 8%.[1]

1-4-2 Surpoids et obésité

En PACA, la prévalence du surpoids et de l’obésité chez les enfants de 3,5 ans à 4,5 ans est la suivante (Source ORS PACA – exploitation des bilans de sante de PMI en école maternelle)

Région PACA

2002-2003

2009-2010 (Données provisoires)

Garçons

Surpoids

7,3%

7%

Obésité

1,7%

1,4%

Filles

Surpoids

9,1%

9,6%

Obésité

2,5%

2,5%

 

A 5-6 ans, les chiffres sont les suivants (Source DREES )

 

Surpoids

Obésité

1999-2000

2005-2006

1999-2000

2005-2006

PACA

15,6

12,5

4,3

2,5

France

14,4

12,1

3,4

3,1

Il existe une relation entre l’augmentation de la prévalence de l’obésité et la faiblesse du statut socio-économique des parents.

De même, l’obésité est plus marquée dans les zones urbaines et/ou défavorisées.

La convention signée en 2010 par l’ARS avec le rectorat d’Aix Marseille prévoit l’exploitation annuelle des données biométriques des bilans de santé de la très grande majorité des enfants de grande section de maternelle (le taux de visite d’admission est de plus de83%), afin de dresser une cartographie des IMC par écoles et/ou autre territoire géographique pertinent. L’objectif est d’adapter les mesures en matière d’éducation pour la santé et plus spécifiquement la nutrition au plus près des caractéristiques des enfants et des familles concernées. Les résultats de ce travail devraient être disponibles très prochainement.

1-4-3 Vaccinations

En ce qui concerne les vaccinations Diphtérie, Tétanos, Coqueluche Poliomyélite, Haemophilus influenzae B (HIB), selon l’analyse des certificats de santé du 24ème mois, les trois départements les plus peuplés (06 13 83) affichent en 2007 un taux de couverture vaccinale satisfaisant par rapport à l’objectif de l’OMS (95%) .Cependant les résultats provisoires d’EVALMATER pour cette tranche d’âge et pour l’année 2009-2010 laissent apparaître un fléchissement sensible du taux du 1er rappel de vaccinations.

En ce qui concerne le ROR les taux de vaccination sont insuffisants (la cible nationale étant respectivement de 90% à 2 ans et 95% à 6 ans.) En 2010, dans les résultats provisoires d’EVALMATER, le taux moyen régional est de 79,9%, les départements les moins vaccinant à 2 ans, étant dans l’ordre décroissant :04, 05, 83, 84, 13, 06. ; et  à 4 ans, le taux moyen est de 89,5%, soit dans l’ordre décroissant au niveau des départements :04 84 83 05 06 13.

En ce qui concerne l’hépatite B, en 2010, dans les résultats provisoires d’EVALMATER, le taux moyen régional est de 20,05% ;  les départements les moins vaccinant à 2 ans sont dans l’ordre décroissant : 05, 84, 04, 83, 13, 06. ; et  à 4 ans :05, 84, 04, 83, 13, 06 (taux moyen régional : 26,4 %) En 2007, le taux national était de 41,9%.

1-4-4 Santé bucco-dentaire

1-4-4-1 Relation entre la santé bucco- dentaire et la grossesse 

La grossesse entraîne des modifications physiologiques et psychologiques majeures qui bouleversent la santé bucco-dentaire de la femme enceinte. En effet, la grossesse a un impact sur la santé bucco-dentaire. Une mauvaise santé bucco-dentaire peut entraîner des complications de grossesse importantes.

1-4-4-2 Santé bucco-dentaire Petite enfance 

Peu d’études épidémiologiques ont étudié la prévalence de la carie dentaire chez les enfants de moins de 6 ans.

Aucune donnée n’est disponible chez les enfants de moins de 3 ans.

20 à 30% des enfants âgés de 4 à 5 ans ont au moins 1 carie non soignée (illustrant un besoin en soins au sein de cette population). Par ailleurs, de grandes disparités existent selon le lieu de scolarisation ou le niveau socio-économique du foyer. En effet, les enfants scolarisés en ZEP ou les enfants en situation de précarité présentent des indices carieux et des signes de polycarie beaucoup plus importants par rapport aux autres enfants. Par ailleurs, un lien entre la présence de carie chez les enfants de moins de6ans et le faible niveau d’étude de la mère ou le bas niveau socio-économique de la famille a été mis en évidence.

Le recours à l’EBD (examen bucco-dentaire) à 6 ans varie selon les territoires de proximité : de 28,4% à Marseille à 46,6% à Gap.

1-4-5 Traumatismes de la petite enfance

(Cf Etat de santé et inégalités de santé en région PACA, 2010, document préparatoire au PRS élaboré pour l’ARS PACA par l’ORS  pp.91-92)

            1-4-5-1 Violences subies dans la petite enfance

            Les maltraitances concernent trois fois sur quatre les enfants de moins de sept ans et s’exercent dans85% des cas dans le milieu familial.

            L’impact des violences conjugales sur la petite enfance.

             1-4-5-2 Accidents de la vie courante 

La noyade et suffocations sont les deux premières causes de décès par accidents de la vie courante.



[1] Santé de l’enfant – propositions pour un meilleur suivi op. cit. p.59


© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits