Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Schémas sectoriels > Schéma Régional de Prévention > Volet Prévention Promotion de la Santé et Santé Environnementale (PPS) > Plan d'action Femmes enceintes, parents et petite enfance > Contexte > 1 - la situation en PACA > 1-3 Caractéristiques démographiques et socio-économiques régionales

Région

1-3 Caractéristiques démographiques et socio-économiques régionales

Taux d'enfants viviant dans des familles à bas revenus

1-3-1 Natalité

Comme en France métropolitaine,la région PACA a connu une hausse importante et continue de la natalité depuis 2003 pour atteindre en 2008 un niveau jamais atteint avec 58 828 naissances. Le Vaucluse (13/1000) et les Bouches du Rhône (12,9/1000) présentent un taux de natalité supérieur au taux régional (12 /1000). Il est à noter que les départements de Vaucluse, Alpes de Haute Provence et Bouches du Rhône ont un taux de mères de moins de 20 ans supérieur à la moyenne régionale.

1-3-2 Mortalité infantile

Le taux de mortalité infantile, (décès des enfants de 0-1 ans incluant la mortalité néonatale, post-néonatale et périnatale) est proche du taux métropolitain, soit : 3,3/1000 versus 3,6/ 1000.

On note cependant une surmortalité pour le département des Alpes-Maritimes (4,4/1000) et du Vaucluse (3,7/1000). (Source : ORS PACA : Document préparatoire du PRS élaboré pour l’ARS, p.88)

1-3-3 Prématurité

Le taux régional de prématurité n’est pas disponible. En PACA, en 2009, les réseaux Naître et Devenir et Sécurité naissance recensent 796 grands prématurés soit un taux de 1,35%.

1-3-4 Pauvreté infantile[1]

La région PACA figure parmi les régions les plus touchées par la pauvreté des enfants et des jeunes : en 2009, 290 000 enfants et jeunes de moins de 18 ans étaient concernés sur le million d’enfants que comptela région. Le taux de pauvreté infantile en PACA (28,5%) est supérieur au taux métropolitain (22%).

Seul le département des Hautes-Alpes se situe en-dessous de ce taux (19%). C’est dans les Bouches-du-Rhône que le taux est le plus élevé (31%), suivi du Vaucluse (28%), puis du Var, des Alpes-de-Haute-Provence (25%) et des Alpes-Maritimes (24%).

Les disparités entre les communes peuvent être très importantes (cf. carte). 

A l’échelle infra-départementale, on observe une très forte surreprésentation des enfants vivant dans des familles à bas revenus dans les villes-centres et en zone rurale, dans un moyen pays intéressant le Vaucluse, le Haut-Var et le sud des Alpes de Haute-Provence ; sont ainsi concernées : Avignon (45%), Marseille (44%), pourtour de l’étang de Berre (Port de Bouc 63%), Marignane, Vitrolles, Port-St-Louis du Rhône, certaines communes de l’ouest de la région (Arles, Saintes-Maries de la mer, Tarascon, Apt, Orange, Carpentras). Les taux sont également particulièrement élevés à Toulon, la Seyne-Mer, Nice, Cannes, dans de nombreuses petites communes du Haut Var et des Alpes de Haute-Provence.

Dans la région, un enfant pauvre sur deux vit dans une famille monoparentale. Celles-ci sont féminines dans 90% des cas. Les enfants à bas revenus appartiennent plus souvent à des familles nombreuses (41%) que les enfants vivant dans des foyers au-dessus du seuil de bas revenus (29%).

Le pic de pauvreté infantile est observé à 3 ans (32,2%).



[1] Les information de ce paragraphe sont reprises de TOUTALIAN C., op. cit. p.3


© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits