Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Schémas sectoriels > Schéma Régional de Prévention > Volet Prévention Promotion de la Santé et Santé Environnementale (PPS) > Plan d'action Enfants, adolescents, jeunes > Contexte

Région

Contexte

Ce plan d’action concerne les enfants, adolescents, jeunes, âgés de  6 à 25 ans. Les jeunes en détention font partie de ce public et ne seront pas traités dans le Programme Régional d’Accès aux Soins et à la Prévention (PRAPS).

Les problèmes et besoins sont spécifiques selon les âges. Les modalités d’actions doivent être adaptées aux principales étapes du développement de l’enfant.

Certains facteurs contribuent au développement de l’enfant et du jeune :

  • Les compétences personnelles : estime de soi, habiletés intellectuelles et cognitives, affirmation de sa propre autonomie, connaissances et attitudes positives face à la santé, capacité à filtrer et analyser les informations… 
  • Les compétences sociales : capacité à utiliser le langage, à communiquer, à construire un réseau social, à demander de l’aide, à avoir une position critique…
  • Les habitudes de vie adéquates

Les troubles du développement de l’enfant, s’ils ne bénéficient pas d’une prise en charge précoce, vont infléchir durablement, voire définitivement sur le déroulement de son existence, notamment par l’impact qu’ils ont sur la réussite scolaire de l’enfant ou sur les facultés d’adaptation sociale. Ces troubles peuvent trouver leur origine dans une plus grande fragilité biologique, être directement liés à son environnement familial (pauvreté intense, relations affectives carencées, maltraitance…) ou dans le social (saturnisme).

Il est primordial de repérer précocement et orienter les enfants en souffrance.

Au-delà des facteurs socioculturels, économiques et financiers, certaines familles de couches sociales dites défavorisées n’accordent que peu d’intérêt à l’éducation et à la scolarité, et par suite, aux difficultés de leurs enfants en milieu scolaire sans avoir conscience de leur impact sur le développement futur de leur enfant et leur insertion dans le monde des adultes.

Représentant 13 % de la population française, les jeunes âgés de 15 à 24 ans se déclarent pour une grande majorité d’entre eux en « bonne » ou « très bonne » santé. Leur perception de la santé est proche de la notion de bien-être. Leurs modes de vie se caractérisent cependant parfois par l’adoption de comportements à risque. En 2008, 29% des jeunes de 17 ans déclarent fumer quotidiennement et 9 % consommer régulièrement de l’alcool (au moins dix usages au cours du dernier mois).

Si les jeunes se considèrent globalement bien informés des risques pour leur santé, ils se sentent peu informés de tout ce qui a trait à l’équilibre alimentaire, malgré les nombreuses campagnes d’information menées par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). La prévalence de l’obésité chez les 18-24 ans continue d’augmenter : elle a doublé entre 1997 et 2009 selon l’enquête ObEpi[1].

D’autres enjeux concernent les questions liées à une sexualité non ou mal protégée qui conduit, entre autres, à une hausse du nombre d’interruptions volontaires de grossesses (IVG) chez les mineures. Il  faudrait favoriser l’autonomie et l’accès aux soins des jeunes et renforcer l’information auprès des adolescents.



[1] ObEpi Inserm/tns healthcare(kantar health)/Roche


© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits