Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Schémas sectoriels > Schéma Régional de Prévention > Volet Prévention Promotion de la Santé et Santé Environnementale (PPS) > 3. Une région caractérisée par de forts contrastes d’états de santé

Région

3. Une région caractérisée par de forts contrastes d’états de santé

Le Plan stratégique régional de santé a mis en lumière les principales caractéristiques régionales en matière de santé :

  • importance des inégalités socio-économiques,
  • pollution urbaine et industrielle importante, pesant sur la qualité de l’air,
  • prégnance des troubles de santé mentale,
  • excès de risque de cancer du poumon chez les femmes,
  • sur-risque en matière d’accidentologie routière,
  • poids historique de l’épidémie d’infection à VIH/Sida,
  • signes de fragilité concernant la santé des jeunes,
  • enjeu majeur des maladies chroniques : notamment cancers, maladies cardiovasculaires, diabète, maladies respiratoires, surpoids et obésité, infection chronique par le VIH.

 En comparaison avec d’autres régions, l’état de santé de la population dans notre région est globalement plutôt satisfaisant. Ce sont les très forts contrastes d’états de santé existant entre populations selon leur statut social et entre territoires qui constituent le principal problème.

L’analyse effectuée pour chacun des domaines stratégiques dans le cadre du schéma a permis de mettre en lumière l'enjeu majeur des inégalités de santé. Pour de nombreux cancers, les cardiopathies ischémiques, les maladies cérébro-vasculaires, le VIH/Sida, la mortalité par consommation excessive d’alcool et les accidents de la circulation, les hommes de 25-54 ans employés et ouvriers ont un risque significatif accru de décès par rapport aux cadres et professions intellectuelles supérieures (source ORS PACA). Par ailleurs, comme en France, la prévalence du diabète, de l’obésité, de l’asthme est plus élevée dans les milieux socio-économiques moins favorisés. Les disparités infrarégionales sont très marquées.

Pour le domaine "périnatalité petite enfance", une des caractéristiques régionales majeure est sans doute le taux très élevé d’IVG par femmes de 15 à 49 ans. Le fort taux de pauvreté infantile[1] de notre région et les conséquences prévisibles de celle-ci sur la santé des enfants et leur développement constitue une autre préoccupation très importante.

Pour le "domaine maladies chroniques", outre ce qui est mentionné ci-dessus, sont à noter une surincidence pour le cancer de la vessie par rapport à la France pour les deux sexes, une prévalence de l’obésité chez les plus de 18 ans qui augmente en PACA, mais de manière moindre qu’en France. La prévalence des affections de longue durée pour l'hypertension artérielle est plus élevée que la moyenne nationale. En PACA, l’épidémie d’infection à VIH est persistante et active. En 2008, le taux de découvertes de séropositivité VIH chez les hommes homosexuels ou bisexuels était nettement plus élevé qu’en France et avait doublé depuis 2003. Enfin, le taux d’admission en Affections Longue Durée (régime général 2006/2008) pour les hépatites virales chroniques est plus élevé en PACA qu’en France métropolitaine.

Pour le domaine "santé mentale/addictions", une sous-mortalité régionale significative par suicide chez les hommes est constatée par rapport à la France, mais avec des disparités infrarégionales.

La proportion des assurés du régime général de PACA ayant reçu un traitement psychotrope est plus élevée qu’en France, quelle que soit la catégorie du psychotrope considéré. La prévalence des affections psychiatriques de longue durée est plus importante que la moyenne nationale.

Concernant le tabagisme, la région semble particulièrement touchée, au vu de l’augmentation importante de l’incidence des cas de cancers du poumon chez les femmes et de la mortalité par maladies respiratoires et par cancers du poumon au cours des dernières années.

Chez les jeunes adolescents de la région, si les usages d’alcool et de tabac s’avèrent proches de la moyenne nationale, ils restent des problèmes de santé publique et sociétaux importants. Par ailleurs, la région est confrontée à des usages plus répandus du cannabis et à des expérimentations plus fréquentes des produits à inhaler (LSD, cocaïne) dans cette population.

 

Pour le domaine "Personnes en situation de handicaps et personnes âgées", la région se caractérise par une proportion de personnes de 55 ans et plus, nettement supérieure à la moyenne nationale. Elle est au 9ème rang des régions françaises les plus âgées.

Selon les projections démographiques de l’INSEE, la population de la région va vieillir au cours des prochaines années, mais moins vite que beaucoup d’autres régions françaises et ne devrait donc plus figurer parmi les régions les plus âgées en 2030. La population régionale des 60 ans et plus, devrait compter de 1 670 000 à 1 750 000 personnes, soit deux tiers de plus qu’en 2000.

La région présentait en 2006 une proportion supérieure à la moyenne nationale de personnes bénéficiaires de l’allocation supplémentaire du minimum vieillesse (7,5% versus 5% en France métropolitaine).

L’enquête du CTNERHI[2] de 2005 estimait à environ 110 000 en PACA le nombre de personnes adultes de 20 à 59 ans et présentant au moins une déficience (mentale, motrice ou sensorielle).

 


[1] Taux d’enfants à bas revenus : Le taux d’enfants (< 17 ans) à bas revenus rapporte l’ensemble des enfants connus des CAF vivant dans un foyer allocataire à bas revenus à l’ensemble des enfants (du même âge) au dernier recensement de la population.

[2] Centre Technique National d'Etudes et de Recherches sur les Handicaps et les Inadaptations


© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits