Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Schémas sectoriels > Schéma Régional de Prévention > Volet Prévention Promotion de la Santé et Santé Environnementale (PPS) > 2. Valeurs et principes

Région

2. Valeurs et principes

Les actions de prévention et de promotion de la santé sont mises en œuvre par un grand nombre d’acteurs appartenant le plus souvent à des associations qui peuvent avoir une dimension nationale ou très locale. Ceci rend particulièrement nécessaire de définir des valeurs et des principes[1] qui serviront de référence à l’ensemble de ces acteurs, mais aussi à l’ARS dans le cadre de l’élaboration des appels à projets à venir.

Ces valeurs et principes qui vont servir de références[2] au volet PPS du schéma régional ont été définis, à l’issue d’un temps de travail spécifique du groupe technique.

2.1      Les valeurs

Les valeurs s’ordonnent autour de deux grands axes :

  • des valeurs universelles ou « républicaines » :

La principale ambition du schéma régional de prévention est de garantir l’égalité des citoyens en matière de prévention ou de promotion de la santé et l’universalité de ces démarches. La prévention pour tous doit donc être un objectif majeur du schéma.

Mais, pour autant, il est aujourd'hui acquis que les actions de portée générale dans ce domaine ont tendance à creuser les inégalités de santé[3]. L'équité, c'est à dire l'adaptation des actions aux différents publics visés pour les rendre plus accessibles, est donc une valeur fondamentale pour le schéma pour rétablir un accès égal à la prévention

  • des valeurs qui s’inscrivent plutôt en référence à un positionnement professionnel spécifique au thème prévention promotion de la santé :

L'action des intervenants en prévention ou promotion de la santé doit être respectueuse de la personne humaine, de ses choix, de sa liberté d'expression et de ses valeurs. Il s'agit de promouvoir la citoyenneté dans le champ de la santé c'est-à-dire de faire avec les personnes (et non à leur place), de mettre en valeur leurs ressources, leurs compétences, leur expertise du quotidien, de leur permettre de jouer pleinement leur rôle de citoyen dans ce domaine. Cette promotion de la citoyenneté en santé peut plus facilement être mise en œuvre lorsque l'acteur de prévention adopte une posture d'écoute, s’il suscite la participation des publics concernés, favorise leur implication dans l'ensemble de la démarche, de la conception des actions jusqu'à leur évaluation. Partage et réciprocité sont donc ici essentiels.

Promouvoir, dés le plus jeune âge des facteurs de « robustesse »[4], conformément au concept québécois de prévenance, est essentiel. Il s’agira ici en particulier de développer les compétences psychosociales[5] pour développer les aptitudes à faire face aux situations difficiles que chacun peut rencontrer dans sa vie.

Ces actions doivent être conduites avec le souci d’un haut niveau de qualité : ceci nécessite que les actions soient menées en s’appuyant sur un corpus de connaissances validées et fassent appel à certains principes tels que l’analyse de genre, l’articulation du sanitaire et du social, la complémentarité, l’accessibilité à l’évaluation (celle-ci devant être développée, en particulier pour les plus petites associations, dans le cadre d’une démarche d’accompagnement méthodologique, sans entraver leur créativité ou leur réactivité). La recherche de l’implication de l'ensemble des acteurs concernés garantit synergie et complémentarité.

            La sûreté : c'est la tranquillité d’esprit du citoyen en matière de sécurité sanitaire ; elle correspond aux mesures prises, sans intervention directe des habitants, pour éviter une exposition à des agents délétères, chimiques, environnementaux ou infectieux.

2.2      Les principes

Plusieurs principes transversaux ont été identifiés.

Certains correspondent à une posture professionnelle dans une relation duelle ou avec un groupe :

  • Ecoute et non jugement,
  • Non discrimination,
  • Prise en charge globale, c’est-à-dire prise en compte de l’individu dans sa globalité,
  • Libre arbitre/libre choix : respect de la personne et de ses choix,
  • Auto-détermination

D’autres s’appliquent plutôt à une organisation générale des dispositifs ou à la méthodologie de projets :

  • Implication et participation des personnes à toutes les étapes du processus depuis la définition des besoins et des actions jusqu’à leur évaluation,
  • Accessibilité :  accessibilité des dispositifs, au soin et à la prévention, pour les personnes qui en sont les plus éloignées,
  • Adaptation : aux besoins de la population et aux personnes les plus fragiles,
  • Cohérence et synergie entre institutions et partenaires pour éviter les redondances ou les incohérences,
  • Accompagnement et soutien des acteurs notamment dans le cadre des démarches évaluatives,
  • Anticipation : mise en place d’un recueil d’informations, permettant d’analyser les besoins de santé de la population et d’anticiper leur évolution.


[1] Les valeurs représentent des références auxquelles doivent se conformer les manières d'être et d'agir. Elles sont appelées à orienter l’action des individus dans une société, en fixant des buts, des idéaux.

Un principe est une règle d’action s’appuyant sur un jugement de valeur et constituant un modèle, une règle ou un but.

[2] Elles sont notées en italique gras dans le texte de ce paragraphe.

[3] Ainsi, à titre d’exemple, le recours aux examens bucco-dentaires de prévention est plus faible chez les enfants dont les parents sont couverts par la CMUC que les autres.

[4] Les activités de promotion de la santé mentale visent en particulier à augmenter les facteurs de robustesse.

Ces facteurs contribuent au développement et à une adaptation optimum de l’enfant et du jeune. Document de consultation du groupe de travail 6-17 ans mandaté par le comité de concertation en promotion et en prévention du Conseil des Directeurs de la Santé Publique de la Conférence des Régies Régionales de la Santé et des Services Sociaux du Québec, septembre 1998.66p

[5] L’OMS reconnaît dix compétences psychosociales, appariées deux à deux :

- avoir conscience de soi, avoir de l’empathie

- savoir gérer son stress, savoir gérer ses émotions

- avoir une pensée critique, avoir une pensée créative

- savoir communiquer, développer des relations interpersonnelles harmonieuses

- savoir résoudre les problèmes, savoir prendre des décisions.


© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits