Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Schémas sectoriels > Schéma Régional de Prévention > Volet Prévention Promotion de la Santé et Santé Environnementale (PPS) > Plan d'action Population générale > Objectif général 2 : Promouvoir des comportements favorables à la santé > Objectif spécifique 2.3 : Promouvoir une bonne santé sexuelle et reproductive

Région

Objectif spécifique 2.3 : Promouvoir une bonne santé sexuelle et reproductive

Contexte

Pour l’OMS, la santé sexuelle et reproductive s’intéresse aux mécanismes de la procréation et au fonctionnement de l’appareil reproducteur à tous les stades de la vie. Elle implique la possibilité d’avoir une sexualité responsable, satisfaisante et sûre ainsi que la liberté pour les personnes de choisir d'avoir des enfants si elles le souhaitent et quand elles le désirent.

Cette conception de la santé génésique suppose que les femmes et les hommes puissent choisir des méthodes de régulation de la fécondité sûres, efficaces, abordables et acceptables, que les couples puissent avoir accès à des services de santé appropriés permettant aux femmes d'être suivies pendant leur grossesse et offrant ainsi aux couples la chance d’avoir un enfant en bonne santé.

L’OMS à publié en 2009 un rapport intitulé “les femmes et la santé”. Ce document examine l’état de santé des femmes tout au long de la vie et dans les différentes régions du monde. Il pointe les disparités hommes-femmes en matière de santé et souligne l’existence de déterminants biologiques et sociaux qui rendent les femmes plus vulnérables à certaines pathologies telles que le VIH/sida et les infections sexuellement transmissibles. Ce rapport rappelle l’existence d’une plus grande vulnérabilité des femmes, par rapport aux hommes, vis à vis de l’infection à VIH et des infections sexuellement transmissibles (IST), en particulier à chlamydia trachomatis et à trichomonase vaginalis.

Facteurs de vulnérabilité des femmes au VIH/sida et aux IST :

  • Vulnérabilité biologique
  • Vulnérabilité culturelle
  • Vulnérabilité socio-économique

Epidémie d’infection à VIH

En PACA, l’épidémie d’infection à VIH est persistante et active. En 2008, le taux de découvertes de séropositivité VIH chez les hommes homosexuels ou bisexuels était nettement plus élevé qu’en France et avait doublé depuis 2003.

Interruptions Volontaires de Grossesse[1]

Avec un taux de 21 IVG pour 1000 femmes de 15 à 49 ans en 2008, la région PACA est la région qui a le plus fort taux de recours à l’IVG en France métropolitaine (15/1000).

Pour les femmes ayant eu recours à l’IVG en 2007, le taux est maximal (le double du taux régional) pour les femmes de 20 à 24 ans (42,1 IVG pour1000 femmes de 20 à 24 ans).

Les moins de 20 ans représentent 15% des IVG soit un effectif de 3500 IVG dont 1100 chez des femmes mineures. Le taux d’IVG chez les mineures (4,7% de l’ensemble des IVG) est inférieur au niveau national (6%).

Les caractéristiques du profil des femmes qui ont recours à l’IVG pourraient correspondre dans une proportion importante à des femmes qui sont en situation de précarité : surreprésentation de femmes de nationalité étrangère, de femmes seules avec enfants au-delà de 25 ans et de femmes bénéficiaires dela CMU ou de l’AME.

Recommandations

La santé sexuelle et reproductive est une thématique qui doit être abordée par les professionnels de santé dans le cadre d’une démarche de prévention et promotion de la santé. C’est une thématique transversale aux programmes de prévention populationnels, notamment, dans une optique de parcours de vie, dans sa continuité avec le programme « adolescents et jeunes ».


[1] Les IVG dans la région PACA. Caractéristiques et parcours des femmes ayant recours à l’IVG – Exploitation régionale de l’enquête DREES 2007. ARS PACA, infoStat n°11 – Décembre 2010


© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits