Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Schémas sectoriels > Schéma Régional de Prévention > Volet Prévention Promotion de la Santé et Santé Environnementale (PPS) > Plan d'action Enfants, adolescents, jeunes > Objectif général 3 : « Prévenir l'usage de produits psycho-actifs, les addictions et leurs conséquences » > Objectif opérationnel 3B : « développer des programmes de prévention de réduction des risques, y compris sexuels dans les milieux festifs et commerciaux » > 3.B.3 Développer les interventions préventives

Région

3.B.3 Développer les interventions préventives

3.B.3 Développer les interventions préventives auprès d'usagers de drogues actifs dans les temps et lieux festifs « informels » par la formation et la sensibilisation des acteurs locaux de la prévention

Dans une partie importante du territoire, hors zone côtière et des villes moyennes, les interventions de type RDR sont relativement récentes, liées notamment à la création de CAARUD. Ainsi, les opérateurs de RDR, les principes d’action et les méthodes utilisées restent relativement mal connus et compris par les acteurs du champ de drogues et des toxicomanies, surtout ceux relevant de la prévention. D’où des relais d’information ou des articulations d’actions qui ne se font pas toujours.

Pour autant, des investigations spécifiques menées dans le cadre du dispositif TREND en 2008 (Tendances récentes et nouvelles drogues, enquête annuelle coordonnée par l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies) montrent des besoins réels dans ce domaine, particulièrement dans les zones rurales, et souvent en lien avec des micro manifestations festives mobilisant des réseaux d’amis ou de copains, autour de la musique et la fête, et donnant lieu à des consommations de produits illicites.

Ainsi, si les pratiques d’usage des jeunes apparaissent peu différentes selon les contextes urbain ou rural, il n’y a pas ou très peu en zones rurales d’associations intervenant au devant des publics pour informer quant aux risques induits par les produits disponibles, ou pour amener les jeunes consommateurs à engager une réflexion sur leurs pratiques voire s’inscrire dans une démarche de soins.

Cette difficulté ne concerne pas que les problèmes d’usages de drogues illicites. Il est également avéré qu’il y a autant de difficultés à intervenir vis-à-vis des phénomènes d’alcoolisation excessive, souvent accolés à des fêtes locales ou des fêtes privées.

Les acteurs locaux de ces territoires, participant à la prévention des addictions, souvent issus de l’éducation à la santé, la prévention spécialisée, de l’animation,…ne sont pas toujours formés à la prise en compte à visée préventive, sous forme individuelle ou collective, de ces publics usagers de drogues ou aynta des conduites d’alcoolisation excessive. En effet, les programmes de prévention ont souvent comme pré-requis de s’adresser à des non usagers ; d’autre part, la relation avec des usagers actifs ne peut se réduire à une orientation vers les soins, qui ne  correspond que rarement aux attentes de ces jeunes usagers.



Schéma Régional de Prévention, Plan d’action Enfants, adolescents, jeunes, ARS PACA, 2011, pp. 31-32












© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits