Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Schémas sectoriels > Schéma Régional de Prévention > Volet Prévention Promotion de la Santé et Santé Environnementale (PPS) > Plan d'action Enfants, adolescents, jeunes > Objectif général 1 : « Mieux connaître et prendre en compte les inégalités territoriales de santé» > Objectif opérationnel 1A « améliorer l'accès à la prévention bucco-dentaire, au dépistage et à la prise en charge des troubles spécifiques des apprentissages et des troubles psychomoteurs » > 1.A.1. Augmenter le recours à L’EBD

Région

1.A.1. Augmenter le recours à L'EBD

1.A.1. Augmenter le recours à L'EBD. Mettre en oeuvre les préconisations de l'étude qualitative effectuée en 2010 sur le recours à l'EBD

Consulter l'histogramme RI00000109

Contexte

Selon le docteur Catherine Le Galès-Camus, sous-directeur général de l'OMS : "on croit que la carie dentaire ne pose plus problème dans les pays développés, alors qu'elle touche 60 à 90 % des enfants d'âge scolaire et la grande majorité des adultes".

L'OMS souligne que "les effets des maladies bucco-dentaires : douleurs, souffrances, dysfonctionnements et baisse de la qualité de la vie, sont nombreux et coûteux".

Certaines périodes critiques de la vie sont marquées par une augmentation du nombre de caries : petite enfance et enfance et au moment de quitter le foyer familial. Le suivi de l'état de santé bucco dentaire au moment de l'enfance et de l'adolescence est un facteur essentiel pour prévenir les complications à l'âge adulte. Le seul brossage des dents par l'enfant n'est pas suffisant. L'acquisition des connaissances en matière d'hygiène bucco dentaire est indispensable.

La mesure des indices carieux révèle une inégalité sociale de santé à tous les âges. Une faible proportion d’enfants présente une majorité de caries. La prévalence de la carie dentaire était, dans les études réalisées, significativement plus importante chez les enfants en situation de précarité, scolarisés en ZEP ou nés à l’étranger. Les données soulignaient également un besoin en soins important : le nombre moyen de dents cariées non soignées était compris entre 0,75 et 1,00 chez les enfants de 6 ans et entre 0,50 et 0,60 chez les enfants de 12 ans. Cependant, le besoin en soins était concentré sur une faible proportion d’enfants (20 à 30 % d’entre eux).  Les enfants scolarisés en ZEP ou les enfants en situation de précarité présentaient des indices carieux et des signes de polycarie beaucoup plus importants par rapport aux autres enfants. Par ailleurs, un lien entre la présence de carie chez les enfants de moins de 6 ans et le faible niveau d’étude de la mère ou le bas niveau socio-économique de la famille a été mis en évidence. Moins de 2% des enfants de cadres ont au moins deux dents cariées non soignées contre 11% des enfants d’ouvriers. Plus encore, dans les écoles relevant de l’éducation prioritaire, 17% des élèves présentent au moins deux dents cariées non soignées contre 6% pour ceux scolarisés hors ZEP (respectivement 19% et 8%, six ans auparavant).

Le dispositif M’T DENTS est une campagne nationale de santé bucco-dentaire menée par l’Assurance Maladie pour promouvoir l’examen bucco-dentaire (EBD) gratuit auprès des jeunes âgés de 6, 9, 12, 15 et 18 ans, avec remboursement intégral des soins conservateurs consécutifs chez un praticien du choix de la famille.

  • Pour l’ensemble de ces tranches d’âge, les résultats fin 2010 en PACA étaient de 24,98% de recours à l’EBD (population concernée = 222 389 enfants) versus 31,4% pour la France entière (population concernée = 3 063 226 enfants).
  • Pour les enfants de 6 ans, les résultats s’élevaient respectivement à 34% de recours à l’EBD en PACA (population concernée = 45 779 enfants) versus 41% France entière (population concernée = 662 248 enfants)
  • Pour les enfants de 12 ans, les résultats s’élevaient respectivement à 24,4% (population concernée = 45 644 enfants) versus 30,8% (population concernée = 626 637 enfants). [Données du régime général de sécurité sociale].

Or, selon les résultats de la recherche-action sur le recours au dispositif M’T Dents, auprès de familles résidant sur les territoires visés par l’action des Ateliers Santé Ville de Marseille nord et centre ville[1], « la santé bucco-dentaire est un domaine soumis à des inégalités sociales importantes » et « le risque sur lequel repose le dispositif … n’est pas perçu ou évalué comme tel par les populations. »

Pour les populations fragilisées, les problèmes bucco-dentaires ne font pas partie des préoccupations majeures de santé ; par ailleurs, « le manque de disponibilité des parents et l’investissement que le recours à l’EBD demande font de ce dernier une démarche contraignante. »

De cette étude, ressortent les préconisations suivantes :

  • L’EBD devra être présenté en mettant en avant les bénéfices et l’évitement des problèmes apportés par la prévention des affections bucco-dentaires : éviter la douleur et les pathologies entravantes (susceptibles d’avoir un impact sur la concentration ou l’efficacité à l’école ou au travail).
  • Il sera important de communiquer autour de la valeur de la dent et de ses fonctions (alimentaire, sociales).
  • Les mères devront constituer les acteurs cibles privilégiés du dispositif.
  • Il est important de mettre en avant la nécessité d’associer l’hygiène dentaire et le contrôle médical pour assurer une prévention efficace. Ceci, en veillant à valoriser les comportements d’hygiènes adoptés par le public afin de ne pas les mettre en échec.
  • L’émetteur du message devra être crédible et de fait incarner l’expertise en matière de santé bucco-dentaire pour donner du poids et de l’impact au message préventif transmis.
  • La communication réalisée devra privilégier l’échange oral.
  • Les informations transmises devront être données dans un langage adapté au public visé, allant à l’essentiel et axé sur les représentations et préoccupations de celui-ci.

La participation de tous les enfants et adolescents aux examens de prévention du programme de prévention de l’Assurance maladie (M’T dents) est fortement recommandée par la HAS.

Territoires cibles

Les territoires prioritaires au regard des cantons regroupés les plus vulnérables.

Ces territoires seront à réviser ou à compléter de nouveaux territoires en fonction des données de l’Assurance Maladie obtenues sur les taux de réalisation des EBD.



[1] Etude réalisée en 2010 par l’Association Psychologie(s) & Santé / AP&S à Marseille - avec le soutien financier de l’ARS PACA dans le cadre du Programme Régional de Santé N°7 PACA (objectif opérationnel N°3).



Schéma Régional de Prévention, Plan d’action Enfants, adolescents, jeunes, ARS PACA, 2011, pp. 10-12













© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits