Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Plan stratégique régional de santé > 5. Développer l’expression et le respect des droits des usagers > 5.3 Rendre effectif le respect des droits fondamentaux des usagers > 5.3.1 Le droit au respect de la dignité

Région

5.3.1 Le droit au respect de la dignité

  • Adopter une posture différente à l’égard des personnes vulnérables

L’objectif est de développer des actions de communication qui changent le regard de la société sur les plus vulnérables : développer l’idée que la manière de prendre en charge la personne vulnérable est structurante pour toute la société.  Par exemple, l’accès aux transports pour les personnes en situation de handicap ou de dépendance, l’élargissement des trottoirs sont des actions qui  bénéficient aussi aux personnes âgées et aux mères de famille.  C’est une façon d’affirmer que la société n’est pas organisée seulement pour ses membres les plus vaillants.

  • Améliorer les conditions de sortie des établissements de soins comme médico-sociaux 

Des difficultés persistantes sont notées à la sortie des établissements de soins, compliquant le retour au domicile et risquant de conduire à des ré hospitalisations rapides.

Il convient donc :

  • d’améliorer les conditions de sortie des établissements de soins comme médico-sociaux et si besoin, veiller à la continuité des soins et à l’accompagnement de la prise en charge adaptée à la personne et aux situations (cela peut être éventuellement spécifié dans un plan personnalisé de santé) ;
  • de rappeler les recommandations de sortie des établissements médico-sociaux.

Les actions proposées devront inciter les établissements à préparer bien en amont de la sortie les modalités adaptées en fonction de l’état et de la situation économique et sociale de la personne hospitalisée ou prise en charge.

  • Renforcer l’information concernant les droits des malades en fin de vie et les soins palliatifs

Il s’agit notamment des possibilités offertes aux malades de désigner une « personne de confiance » et d’émettre des « directives anticipées », introduites par la loi du 22 avril 2005 sur les droits des malades et la fin de vie. Les professionnels de santé  doivent être préparés à transmettre ces informations de façon adaptée à cette situation particulière.


Plan stratégique régional de santé, ARS PACA, 2011, pp. 37-38





Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS)









© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits