Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Plan stratégique régional de santé > 3. Apporter des réponses sur des thématiques stratégiques > 3.6 Santé mentale et addictions

Région

3.6 Santé mentale et addictions

En Paca, l’enquête Santé mentale en population générale (DRASS Paca), publiée en 2009, permet d’avoir une estimation des problèmes de santé mentale ressentis et exprimés. Un tiers des personnes de 18 ans et plus de la région présenterait actuellement au moins un trouble de santé mentale (hors risque suicidaire et problèmes d’insomnie), soit environ 1 245 000 personnes. Cette prévalence est légèrement supérieure à la moyenne métropolitaine qui avoisine 32 %.

Parmi les maladies mentales, les psychoses chroniques et les névroses graves sont à l’origine d’altérations importantes de la qualité de vie à la fois pour le malade et pour son entourage. Leurs répercussions économiques sont considérables, tant par le poids des prises en charge que par leurs conséquences sur le travail et la vie sociale.

L’intrication des troubles de la santé mentale avec les facteurs économiques et sociaux est forte : les troubles sont plus fréquents parmi les personnes inactives, les habitants de quartiers modestes, les ménages en situation de précarité et encore plus chez les personnes en situation de grande exclusion.

Avec environ 1000 suicides par an, le suicide est une problématique saillante en Paca. Si l’on note une légère sous-mortalité par suicide chez les hommes par rapport à la France, on relève, en revanche, davantage de tentatives de suicide chez les femmes . Surtout, on observe dernièrement une stabilisation des taux de suicides, alors qu’ils baissaient depuis une vingtaine d’années en Paca.

En matière de recours aux soins, ce sont paradoxalement les jeunes qui recourent le moins aux soins alors que la  majorité des troubles apparaissent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte : on observe une fréquence de troubles anxieux maximale chez les jeunes adultes.

Les troubles ne sont pas toujours initialement bien repérés par les professionnels du premier recours et  les usagers ont eux même des difficultés à se repérer dans le système de soins, ce qui peut induire des parcours de soins chaotiques. Sur un autre plan, la représentation de ces troubles dans la population reste péjorative.

Les objectifs dans ce domaineconcernent la santé mentale dont la psychiatrie et les addictions.



Plan stratégique régional de santé, ARS PACA, 2011, pp. 31-32













© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits