Accueil > Région > ARS > Projet régional de santé 2012-2016 > Plan stratégique régional de santé > 3. Apporter des réponses sur des thématiques stratégiques > 3.1 Inégalités de santé

Région

3.1 Inégalités de santé

3.1.1 Réduire les écarts d’accès à la santé

Ce domaine concerne diverses catégories de personnes ayant un déficit d’accès à la santé et/ou à l’autonomie  en raison de l’âge ou d’une situation de handicap ou de  difficultés socio-économiques. Il s’agit prioritairement des personnes vulnérables économiquement, des migrants, des détenus et sortants de détention, des personnes en situation de handicap, les adolescents et les  jeunes jusqu’aux environs de 25 ans.

Les inégalités sociales font référence à la fois aux désavantages liés au niveau de revenus, aux différences de conditions de vie ou de travail, de niveau d’éducation ou encore de logement, réelles et perçues. Elles ont tendance à augmenter. En France, l‘écart d’espérance de vie à 35 ans entre cadre et ouvrier est  de 7 ans chez les hommes. Il n’y a pas d’effet de seuil et l’on assiste en fait à une diminution graduelle du risque de décès tout au long de la hiérarchie sociale, phénomène connu sous le terme de « gradient social de santé ».

Les inégalités sociales de santé ne sont pas spécifiques à la région Paca, mais cette dernière est caractérisée par de grands contrastes en termes de revenus, d’emploi et de logement. La population régionale est donc particulièrement exposée aux inégalités sociales de santé.

Les personnes atteintes d’un ou plusieurs handicaps – qu’ils soient liés à des incapacités motrices, neuropsychiques ou sensorielles-  rencontrent les mêmes problèmes de santé que la population générale et ont des besoins en termes de soins et de prévention au moins aussi importants. Or les obstacles pour un accès aux soins courants des personnes en situation de handicap sont multiples, complexes et variés, comme le soulignait le rapport de l’audition publique organisée par la HAS en octobre 2008.

L’ensemble des objectifs visant à réduire les inégalités de santé entre territoires et groupes sociaux participe à réduction de la mortalité prématurée. Le  mode de vie des individus et leur comportement  au regard de la santé sont en grande partie socialement déterminés.  C’est donc en agissant auprès de territoires  ou groupes de population dont les indicateurs de santé sont défavorables que l’on améliorera la mortalité prématurée, élevée en PACA comme au plan national.



Plan stratégique régional de santé, ARS PACA, 2011, pp. 21-23













© ICARS - Plan du site - Contact - Crédits